Trafic de théories Etats-Unis_Europe_Amérique Latine: Savoir situé, savoir_vampire, géopolitique des corps, Haraway_Preciado_ flores

Citation

Donna Haraway, “Savoirs situés: La question de la science dans le féminisme et le privilége de la perspective partielle”, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences – Fictions – Féminismes, Paris, Exils, 2007, 107-144.

haraway Manifeste cyborgJe voudrais insister sur la nature encorporée de toute vision, et ainsi reconquérir le système sensoriel qui a servi à signifier un saut hors du corps marqué vers un regard dominateur émanant de nulle part. C’est le regard qui inscrit mythiquement tous les corps marqués, qui permet à la catégorie non marquée de revendiquer le pouvoir de voir sans être vue, de représenter en échappant à la représentation. Ce regard exprime la position non marquée d’Homme et de Blanc. […]. Je voudrais une doctrine d’objectivité encorporée qui accueille les projets féministes paradoxaux et critiques sur la science, objectivité féministe signifiant alors tout simplement « savoirs situés ».

Lire la suite

Donna Haraway, « Manifeste cyborg: science, technologie et féminisme socialiste à la fin du XXe siècle », 1985.

Citation

haraway Manifeste cyborg« L’écriture cyborgienne a trait au pouvoir de survivre, non sur la base d’une innocence originelle, mais sur celle d’une appropriation des outils qui vous permettent de marquer un monde qui vous a marqué comme autre. Ces outils sont souvent des histoires, des histoires re-racontées, de nouvelles versions qui renversent et déplacent les dualismes hiérarchiques qui organisent les identités construites sur une soi-disant nature. En racontant à nouveau les histoires de l’origine, les auteurs cyborgiens subvertissent les mythes fondateurs de la culture occidentale. Nous avons tous été colonisés par ces mythes de l’origine et leur espoir d’une apocalypse rédemptrice. Les histoires phallogocentriques relatant l’origine qui sont les plus cruciales pour les féministes cyborgiennes sont inscrites au cœur des technologies textuelles – celles qui écrivent le monde, la biotechnologie et la microélectronique – qui ont récemment écrit nos corps en problèmes de codes sur la grille C3I. Les histoires féministes cyborgiennes ont pour tâche de recoder tout ce qui est communication et information, afin de subvertir commandement et contrôle. »

Lire la première partie du Manifeste sur Cairn

Porteuses de fables et trafic théorico-fictionnel (1/6)

Mis en avant

             « Ce qui a cours ici, pas une ne l’ignore, n’a pas de nom pour  l’heure »

Monique Wittig, Le corps lesbien.

 Dans le domaine des Arts et des Lettres, le « genre » s’est peu à peu imposé en tant que concept opératoire dans l’analyse des mécanismes d’exclusion et d’inclusion des femmes dans la sphère de la créativité. Nombreuses sont les théoriciennes féministes –sociologues, historiennes et critiques, de l’art et de la littérature– qui ont porté au jour tant le fonctionnement des rapports de genre dans les processus de canonisation artistique que l’existence d’une mythologie genrée de la création, mettant en évidence les multiples résistances à la reconnaissance des œuvres et des trajectoires des artistes femmes. Parallèlement, l’attention a été portée sur les stratégies de visibilisation et de légitimation des productions féministes et post-féministes tout comme sur les enjeux symboliques et politiques des remaniements des identités de genre qui traversent leurs œuvres.

Lire la suite