Linda Nochlin, « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes femmes artistes ? », 1971.

Citation

Nochlin« La question « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes femmes artistes ? » nous incite à conclure, qu’à ce jour, l’art n’est pas l’activité libre et autonome d’un être surdoué, « influencé » par des artistes l’ayant précédé, et plus vaguement et superficiellement, par des « forces sociales », mais plutôt, que toute la situation de la fabrication de l’art, tant en termes de développement de l’artiste que dans la nature et la qualité de l’œuvre d’art elle-même, se produit dans une situation sociale, fait partie intégrante de cette structure sociale et est conditionnée et déterminée par des institutions sociales spécifiques et définissables, qu’il s’agisse des académies artistiques, des systèmes de favoritisme ou des mythologies du divin créateur et de l’artiste viril. »

 

Porteuses de fables et trafic théorico-fictionnel (1/6)

Mis en avant

             « Ce qui a cours ici, pas une ne l’ignore, n’a pas de nom pour  l’heure »

Monique Wittig, Le corps lesbien.

 Dans le domaine des Arts et des Lettres, le « genre » s’est peu à peu imposé en tant que concept opératoire dans l’analyse des mécanismes d’exclusion et d’inclusion des femmes dans la sphère de la créativité. Nombreuses sont les théoriciennes féministes –sociologues, historiennes et critiques, de l’art et de la littérature– qui ont porté au jour tant le fonctionnement des rapports de genre dans les processus de canonisation artistique que l’existence d’une mythologie genrée de la création, mettant en évidence les multiples résistances à la reconnaissance des œuvres et des trajectoires des artistes femmes. Parallèlement, l’attention a été portée sur les stratégies de visibilisation et de légitimation des productions féministes et post-féministes tout comme sur les enjeux symboliques et politiques des remaniements des identités de genre qui traversent leurs œuvres.

Lire la suite